Je travaille dans :

Continuer

Le contenu du site a été adapté à
vos besoins en fonction de votre type d'établissement.

Publiée depuis le 1er novembre 2018, la loi EGalim vise à remettre à l’équilibre les relations commerciales entre producteurs et acteurs de la grande distribution ainsi qu’à rendre accessible à tous les consommateurs une alimentation saine et durable.

·       Une obligation d’approvisionnement « responsable » 

L’Article 24 de la loi EGalim instaure l’obligation pour la restauration collective de s’approvisionner avec au moins 50% de produits (en valeur) issus de l’agriculture biologique, locaux ou sous signe de qualité à compter du 1er janvier 2022. Parmi ces 50% de produits répondant à un gage de qualité, au moins 20% doivent être d’origine biologique.  

Une liste précise des produits concernés sera définie dans les prochains mois par un décret d’application. 

·       Un menu végétarien par semaine et davantage de protéines végétales 

Toujours selon l’article 24, tous les établissements de restauration collective devront proposer un menu végétarien par semaine à compter du 1er novembre 2019. Dans le cadre de ce menu végétarien les gestionnaires de 200 couverts et plus par jour, devront présenter un plan de diversification des protéines proposées. Cela signifie que les protéines ne devront pas être uniquement de source animales (œufs ou lait, par exemple) mais également provenir d’une source végétale (soja, par exemple). De plus, l’article 26 précise la possibilité de rendre l’affichage des menus obligatoire dans certaines collectivités territoriales. Enfin d’après l’article 29, les gestionnaires devront rendre public la qualité nutritionnelle de leurs menus. 

·       Le plastique : on réduit ! 

Dans l’article 28, la loi préconise la fin de l’utilisation des contenant alimentaire de cuisson, de réchauffe, et de service en matière plastique au plus tard le 1er janvier 2025.  De plus à partir du 1er Janvier 2020, ce sera la fin de la mise à disposition d’objets en plastique à usage unique comme les pailles, les couverts ou encore les piques à steak. Concernant les bouteilles d’eau plate en plastique, leur interdiction est prévue d’ici le 1er janvier 2020 également.

·       Une vaste opération contre le gaspillage alimentaire 

L’objectif est de mettre en place un programme de lutte contre le gaspillage alimentaire passant notamment par le don de denrées alimentaire, ou encore l’obligation de rendre public ses engagements en faveur d’une gestion plus responsable des denrées. Ce point est repris dans l’article 88 et sera précisé par une ordonnance devant définir les nouvelles obligations de cette lutte contre le gaspillage alimentaire aux alentours du mois de mai 2019. 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le texte de loi sur le site du gouvernement : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D4D9BF5EF4D00B071A9B4D306E262F42.tplgfr42s_2?cidTexte=JORFTEXT000037547946&categorieLien=id