Je travaille dans :

Continuer

Le contenu du site a été adapté à
vos besoins en fonction de votre type d'établissement.

Vous l’avez remarqué : plus une carte de restaurant « tendance » qui ne propose de plats à partager. Une opportunité idéale pour redonner à vos mijotés une toute nouvelle attractivité.

Pourquoi cet effet de mode sur les plats à partager ?

Parce que cela raconte une histoire sympathique sur la vraie nature du restaurant qui reste un lieu de découvertes, d’échange et de rencontres. En nos temps un peu compliqués, nos clients sont plus que jamais friands de cette humanité qui finalement est le principal moteur qui les pousse à sortir de chez eux. Les nouveaux lieux de restauration l’ont bien compris et savent semer tout au long de l’expérience des signaux chaleureux qui rendent le séjour chez eux réconfortant et rassurant.

Mobilier vintage et menus écrits à la main

Le mobilier est vintage, chiné chez Emmaüs qui est devenu selon une étude un des vendeurs de mobilier les plus prisés en France, les arts de la table dépareillés sont assemblés avec recherche, les menus sont écrits à la main sur une bonne vieille ardoise…

Mama Shelter

La chaîne d’hôtels Mama Shelter a été parmi les initiateurs du mouvement et le premier à proposer une section entière de plats à partager, bientôt largement imitée par la profession, tant cette proposition sonnait juste.

Du mijoté individuel à la belle pièce à partager...

Le mijoté se prête particulièrement bien à cet exercice du partage avec ses recettes ancrées dans une vraie tradition culinaire, longuement cuisinées dans des contenants évocateurs, qui prennent tout leur sens avec une dégustation en commun comme autrefois dans les foyers. Des réalisations pas toujours si complexes, mais gourmandes en temps, une denrée rare dont on ne dispose plus souvent à la maison. Les redécouvrir au restaurant, autour d’une belle tablée familiale ou entre amis c’est un moment hors du temps dont on se souviendra longtemps.

Une belle épaule d’agneau

Pour Pâques, pourquoi ne pas proposer une belle épaule d’agneau de 7 heures plutôt qu’un gigot classique, avec un service spectacle « à la cuiller » car la viande ainsi cuisinée ne se coupe plus… Le mijoté à partager c’est aussi l’occasion de servir différemment, avec un peu plus de théâtralisation pour signer le côté un petit peu plus exceptionnel de l’instant.

Une joue de bœuf cuisson lente

Pour remplacer le traditionnel poulet rôti, essayez une joue de bœuf cuisson lente aux petits légumes printaniers et dès les premiers beaux jours, partez sur un jambon mijoté au bouillon parfumé aux senteurs de Provence -thym, laurier, ail- servi froid avec son Aïoli…